Pourquoi ranger serait bon pour la santé…

Pourquoi ranger serait bon pour la santé…

Pourquoi ranger serait bon pour la santé…

Bon, on va être très honnêtes dès le départ, car on ne plaisante pas avec ce genre de sujet. Non, on ne va pas vous faire culpabiliser parce que vous êtes bordélique et que votre appart ressemble littéralement à un champ de bataille. Non, on ne vous dira pas de banalités du type « ranger les couteaux avec les couteaux et les cuillères avec les cuillères » (en tous cas, on va essayer…). Non, on ne vous annoncera pas que ranger est le remède miracle à tous vos problèmes (oui, il y en a qui le disent…). Et non… bah non tout simplement.

On se débarrasse des idées reçues dictées par les grands noms du concept chiant qu’est le Rangement et on se met à la place des gens normaux (=torturés) que nous sommes. S’il n’y a qu’une seule résolution que vous devez prendre cette année, c’est ranger. Et on vous dit pourquoi !

Pinterest

Notre chez nous, miroir de notre santé mentale

Evidemment, on aurait pu sortir tout un tas de conseils bidons tirés de notre propre expérience pour vous convaincre (une fois de plus) que ranger c’est la vie. Mais quitte à faire ça, on se dit qu’on ferait mieux d’écrire un bouquin et de s’en mettre plein les poches. Alors du coup, on est allées voir du côté de la papesse du rangement, Marie Kondo, une japonaise auteure du livre La magie du rangement, devenu une bible pour plus de deux millions de lecteurs, apparemment. On s’est dit que ça devait être vraiment super bien, tout ça tout ça, et puis en fait, en s’y intéressant de plus près, on a trouvé que globalement, c’était un peu perché. On s’explique…

Pinterest

Parmi les grands principes à respecter pour vivre en harmonie avec son intérieur, lui dire bonjour et remercier ses vêtements et ses chaussures de nous protéger et de nous porter chaque jour, entre autres. Et c’est là, qu’on a arrêté de s’y intéresser du coup. Parce que déjà qu’on a un sérieux pète au casque, si en plus de parler à nos 24 personnalités internes, à notre chat et à nos plantes (parce que oui, les plantes, c’est autorisé), on se met à discuter avec nos pompes, on va vraiment finir à l’asile.

Malgré tout l’idée fondamentale du bouquin a résonné en nous. Selon Marie Kondo, notre intérieur serait le reflet de ce que nous sommes mentalement, de l’étape où l’on se situe dans notre recherche du bien-être. C’est inquiètes que l’on a procédé à un rapide coup d’œil introspectif et qu’on s’est dit qu’en effet, c’était à peu près autant le bordel dans notre appart que dans notre tête. Flippant. Qu’on fout au placard tous les trucs qui traînent et qui nous gênent, en pensant qu’ils disparaissent de notre environnement sous prétexte qu’on ne les a plus sous les yeux, comme on a tendance à le faire dans notre tête avec les idées qui nous posent problème. Or non, les objets sont là, juste derrière la porte de ce foutu placard qui dégueule dès qu’on l’ouvre, prêt à nous assommer à coup de paires de chaussures. Et ça, c’est mal.

Pinterest

Se rapprocher de l’essentiel

Du coup, l’idée est de se poser la question : quels sont les objets qui nous font du bien ? Chaque objet présent dans votre intérieur mérite que vous vous posiez la question. Et tous ceux pour qui la réponse est négative doivent être mis à la poubelle. Evidemment, libre à vous de les jeter mais surtout de les donner à des assos ou de les vendre bien que le processus doit être rapide et ininterrompu pour être efficace et agir comme une thérapie, ayant un avant et un après.

Une fois que vous aurez terminé, vous devez en théorie avoir diminué de moitié voire plus, la quantité des objets qui vous entourent, vêtements, livres, bibelots compris. Ce qu’il vous reste doit vous paraître essentiel, utile et source de bonheur.

Pour le coup, on est assez en phase avec cette démarche, saine et pleine de bon sens. Si vous voulez aller plus loin, il vous faudra apprendre à regrouper les objets par catégories, à plier vos vêtements d’une certaine façon, à organiser votre espace de manière verticale et à attribuer une place précise à chaque chose, par exemple. Mais faut quand même pas trop nous en demander…

Pinterest

S’y tenir

En vrai, on plaisante, on plaisante, mais cela fait écho aux danois et aux suédois, champions du monde du Bonheur avec un grand B toutes catégories confondues, dont l’art de vivre, hygge ou lagom, prône un retour aux sources et un dénuement conscient de nos intérieurs pour une vision épurée et apaisante de notre espace, où le bien-être doit être maître des lieux. Avec le temps, ne garder que les choses qui vous font du bien vous feront les reconsidérer : fini les vieux pulls tout en dessous de la pile qu’on retrouve un an plus tard. Car en plus de faire de la place chez vous, vous vous en lasserez moins et moins vite (apparemment…) et ne subirez plus vos envies d’achat compulsives. Si c’est aussi bon pour le porte-monnaie…